Persona non grata

JE N'ETAIS PAS LE BIENVENU AUX VOEUX 2019 DU MAIRE DE VERGIGNY !

 

Chers habitants de Bouilly, Rebourseaux, Vergigny,

Moi, Damien WOYNAROSKI, habitant de Rebourseaux et Président de l'Association ADICVIT, je choisis de m'adresser directement à vous aujourd'hui pour vous partager ce qu'il m'a été permis de vivre lors de la cérémonie des voeux de M. le Maire de Vergigny ce vendredi 11 janvier 2019.

Il est important que vous puissiez en prendre connaissance car ce nouvel épisode illustre parfaitement le fonctionnement de notre démocratie locale... Il serait d'ailleurs plus indiqué de parler de dysfonctionnement !

Ce vendredi 11 janvier 2019, j'ai souhaité, comme certains habitants de la commune, me rendre à la cérémonie des voeux pour écouter et apprécier ce que M. le Maire avait à dire à ses concitoyens...

Et là, SURPRISE ! Un comité d'accueil en la personne de l'employé communal Responsable du service technique m'attendait à l'entrée de la salle de Vergigny pour me signifier que je n'étais pas invité à la cérémonie des voeux et que je ne rentrerais pas dans la salle !

Pas invité car selon ses dires nous (mon épouse et moi-même) n'avions pas été destinataires de l'invitation de M. le Maire pour cette cérémonie... Premier couac pour l'équipe municipale : mon épouse s'était bien vue remettre en main propre par un adjoint et un conseiller municipal la fameuse invitation de la commune pour la cérémonie des voeux. A l'attention toute particulière du Maire et de son équipe, je mets à disposition le lien vers la photo qui atteste que nous étions bien détenteurs du carton d'invitation : cliquez ici pour voir le selfie avec l'invitation !

Malgré cela, l'équipe municipale et son comité d'accueil campaient sur la position : la présence de M. Woynaroski n'est pas souhaitée à la cérémonie des voeux et l'entrée de la salle ne lui sera pas autorisé ! Ben tiens donc !... De quel droit m'empêcherait-on d'assister à cette cérémonie ?!

Bien décidé à faire respecter mes droits et à pouvoir assister à cette réunion publique (car oui, il s'agit bien d'une réunion publique : elle a été officiellement portée à la connaissance des habitants lors de la réunion du conseil municipal du 14 décembre 2018 et inscrite au compte-rendu du conseil municipal) je n'allais pas en rester là ! J'ai donc interpellé directement la gendarmerie de St Florentin pour leur faire savoir que l'on m'interdisait l'accès à cette cérémonie et je demandais leur intervention pour faire respecter la loi et mes droits !

Et là RE-SURPRISE ! Face aux forces de l'ordre, la posture ne tient plus et c'est finalement accompagné des 2 gendarmes que je peux normalement accéder à l'intérieur de la salle et assister à cette cérémonie des voeux !

Décidemment M. le Maire, vous n'avez pas beaucoup de réussite dans vos actions à mon égard pour tenter de me faire taire, de me contraindre dans mes actions ou de freiner l'intérêt que je porte au fonctionnement de la commune...(pour rappel 4 plaintes contre moi pour diffamation et toutes classées sans suite) !

Je suis en tout cas particulièrement heureux que vos administrés présents ce soir là aient pu se rendre compte de votre vrai "visage" dans votre fonction d'élu local. Votre petite crise d'autoritarisme ce vendredi soir illustre à nouveau et parfaitement votre incapacité à incarner et faire vivre la démocratie locale.

Je suis néanmoins inquiet pour la commune et ses habitants de voir que la seule réponse que vous êtes en mesure d'apporter aux critiques qui s'expriment, est celle de l'autorité dont vous usez pour faire peur. Mais ce comportement, est bien le symptôme de votre incapacité à faire face à l'expression démocratique locale. Il traduit votre peur face aux voix qui s'élèvent et de voir s'exposer au grand jour des sujets et données que vous vous absteniez de communiquer jusque là à vos administrés. Pour conclure sur ce point, je vous livre une citation pleine de sagesse et vous invite à la méditer sérieusement : "la force est l'arme de ceux qui ont tort"...

M. le Maire, il va falloir sortir de la cour d'école et cesser vos gémissements du type "il est méchant et il fait rien que de m'embêter et de s'acharner sur moi personnellement". Si on ne vous là pas encore dit, permettez moi de le faire : cette attitude est puérile et n'est pas digne, ni à la hauteur de la fonction que vous occupez. A travers toute vos gesticulations et déclarations de tous ordres, vous ne faites que me confirmer, M. le Maire, que le costume est sans doute trop grand pour vous ! Il est peut-être temps de le rendre...